Et je prendrai tout ce qu’il y a à prendre.

le

« Oui, monsieur le juge, j’ai pris le couteau et j’ai frappé. »

C’est cela que je vous écris.

« J’ai pris le couteau, et j’ai visé.« 

prends toutCharlotte a 17 ans. Elle est dans la salle d’attente au tribunal. Pour son audience: elle vient de tuer son père.
L’attente est longue, alors Charlotte décide d’écrire au juge. Parce qu’elle n’a pas de mots à parler pour dire l’indicible, elle écrit.
« Son sourire effaçait la douleur de mes chaînes. Voilà ce que je vous écris monsieur le juge. Son sourire me rendait une vie qu’il avait pourtant lui-même volée« . Elle a 7 ans quand sa vie bascule: son père, cadre supérieur, beau et apprécié de tous, révèle son vrai visage: il va l’humilier(beaucoup), la battre (un peu) et l’enfermer à la cave jusqu’à ce qu’elle décide que ce n’est plus possible, jusqu’à ce qu’il atteigne ce qui se révèle être sa limite. La mère ne dit rien, déjà brisée par cet homme. Et personne ne voit rien: ni ses grands-parents, ni ses enseignants, ni ses camarades. L’aide sociale à l’enfance se fera mystifier aussi par ce pervers de père.
C’est glaçant et percutant: chaque chapitre est une année de vie. Des faits bruts,pas de pathos et ce cercle vicieux: ne rien dire, ne pas dénoncer. Mais pourquoi ?  » Suis-je coupable de ne vouloir qu’écrire ? Voilà ce que je vous écris, monsieur le juge. Suis-je coupable de ne pas trouver d’intérêt à parler ? »
la vraieCéline Lapertot donne des mots simples à Charlotte pour nous décrire l’enfer que va traverser cette jeune fille pendant 10 ans. L’idée n’est pas d’attendrir mais de raconter. Une souffrance qui dépasse l’entendement. Après une telle lecture, il me reste deux questions: comment survivre à ces années, quelque soit le verdict du juge ? Et moi (lectrice), ai-je déjà croisé la souffrance d’un enfant, sans me rendre compte de rien, sans trouver la parole libératrice, l’oreille attentive ?

Je sais ce que vous allez me dire: ce n’est pas pour moi, trop dur, terrifiant… c’est vrai et en même temps, je vous assure que cette lecture vaut le coup. Oui, elle remue, oui, elle interroge. Mais c’est ça aussi la littérature, non ?

Et puis l’auteure m’a bluffée. Elle est jeune, elle a un visage d’ange, elle est prof de français, c’est son second livre publié et elle nous assène ça ? Chapeau !

Dites-moi que je vous ai donné envie de le lire malgré la noirceur de l’histoire… Cliquez sur LAISSEZ UN COMMENTAIRE et dites-le moi !

Cette critique est aussi disponible suronlalu

9 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. famillevedy dit :

    Je vais essayer de me le procurer et j’ai même dėcoupé un article le concernant sur le nouvel obs …alors comme d’hab ,tu m’as devancé ! Ton commentaire me motive encore plus !

    1. Sido dit :

      Je suis vraiment contente d’avoir réussi alors ! Dommage que le facteur pour Djibout’ soit si peu fiable…

  2. Céline Lapertot dit :

    Merci infiniment, chère Sidonie, pour ce très bel article! C’est une émotion tellement intense de savoir toucher les lecteurs! Merci encore!

    1. Sido dit :

      Merci à vous pour votre mot. C’est agréable aussi pour un lecteur de pouvoir exprimer à un auteur les réflexions sur sa lecture !

  3. tot dit :

    dis ma soeur, tu voudras bien me le prêter ?!!!!!
    Merci pour ton blog qui a le mérite de me pousser à élargir le champ de mes lectures habituelles… Quant aux écrivains, c’est à se demander s’ils ne te rémunèrent pas au regard de tes publications qui à chaque fois donnent l’envie impérieuse d’aller courir chez le libraire ! Quel talent ! t’es trop forte !
    à plus dans le bus !

    1. nemosido dit :

      Évidement m’dame le dahut que tu l’auras ! Merci pour tous ces compliments qui me touchent beaucoup. Ce blog est pour moi l’endroit pour parler des lectures que j’ai aimé et vous les faire partager. Il paraît que je suis tout aussi percutante sur celles que je n’ai pas aimé mais n’ayant aucune légitimité pour les critiquer, je m’en abstiens ici… De toutes façons… À quoi bon ?

  4. Dad dit :

    Si tu l’apportes à Tot je le pique au passage et te le ramène +tard
    ps: je fus pas cadresup et il n’y a pas de cave à Dolomieu..

    1. nemosido dit :

      Et tu n’es ni pervers, ni manipulateur ! Et le livre sera avec moi à Dolomieu très vite !

  5. titoulematou dit :

    oh que oui vous m’avez donné envie!!!!!!!!!!!!! je note le titre!!!!!!!!!!!!!!!!!!! bravo pour votre blog que je découvre !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s