Mauvais genre, une BD pas comme les autres…

Mauvais genre extrait

 

Longtemps j’ai tourné autour de ce livre sans arriver à me décider. Pourtant, Xavier, « mon » libraire BD, toujours d’excellent conseil, m’y incitait; la presse et de nombreux blog encensaient cet album; un prix du  festival d’Angoulême venait le couronner et il s’inscrivait dans les commémorations de la Première guerre.

Oui  ! Mais cette couverture m’intimidait. Et si j’étais attirée par ce coup de crayon, soyons honnête, j’avais peur d’être choquée : « Mauvais genre« … quand même !!

C’est donc l’histoire d’un procès. On ne connaitra le motif et les victimes qu’à la fin, finalement. Il faut d’abord découvrir l’histoire (vraie !) de Paul et Louise, jeunes mariés qui se retrouvent séparés dès la fin de la cérémonie par le départ au front de Paul. C’est la guerre, la grande, celle de 14/18. Les horreurs vécues en très peu de temps vont lui être insupportables et Paul déserte. Il file retrouver sa Louise. Oui mais voilà, à cette époque, être déserteur, c’est être passible de la peine de mort. Il faut se cacher, il faut se cloitrer. Alors, pour échapper à l’enfermement, Paul va se travestir et devenir femme.Mauvais genre

C’est Louise qui va l’y aider: à se déplacer comme une femme, à se maquiller, à utiliser les bons accessoires avec féminité. Et va même lui trouver du travail dans son atelier de couture. C’est beau, c’est léger. Paul devient Suzanne, se prend au jeu (salvateur) et s’installe vraiment dans son personnage. C’et que non seulement il faut attendre la fin de la guerre, mais il faut aussi que tous les déserteurs soient amnistiés !mauvais genre extrait 1

 

La situation devient difficile, la frontière avec la schizophrénie est mince. Surtout que les cauchemars des tranchées refont surfaces. mauvais genre cauchemarsCertaines illustrations me font d’ailleurs terriblement penser à des passages de  » Au revoir là-haut » de Pierre Lemaitre dont je vous parlais ICI.

Vient alors la spirale:les incompréhensions dans le couple,  l’ivresse de l’alcool, la perversion au bois de Boulogne, jusqu’à ce que…

mauvais genre extrait 2

J’ai était emballée par cette lecture: l’histoire est terrible mais admirablement bien illustrée. Ce noir et blanc, seulement ponctué par des taches de rouges c’est… indescriptible ! Alors, oui, je pense que cette lecture ne plaira pas à tout le monde, choquera ou dérangera certains. Mais si je me suis laissée surprendre, si j’ai aimé, il se pourrait qu’il en soit de même pour vous, non ?

C’est grâce au groupe de lectrices dont je fais partie que j’ai lu cet album, j’espère qu’elle plaira à toutes !

Retrouver cet article sur: onlalu

En savoir plus sur l’auteur, c’est ICI.

Mauvais genre détails

6 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. **Fleur** dit :

    C’est vraiment une très belle BD ! Et c’est vrai que parfois, elle fait penser à Au revoir là-haut.

    1. Sido dit :

      Oui, ça m’a vraiment frappé sur certains passages…

  2. Cécile dit :

    Il faut vraiment que je me procure cette BD, avec toutes ces critiques positives. Ça donne envie !

    1. Sido dit :

      Elle ne laisse vraiment pas indifférent !

  3. sylire dit :

    Une belle découverte pour moi aussi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s