Le Royaume,  » de bonne foi ».

le

Mrentrée 2014e voilà bien embêtée. Je pensais que j’allais rédiger la première critique négative du blog (contrainte et forcée car j’ai horreur de ça. Mais comme j’ai décidé de vous parler de toutes mes lectures de la rentrée littéraires, sans filtres…)  Bref ! Comme dans la vie, tout n’est pas tout blanc ni tout noir, il y a aussi les nuances !

Et c »est la dernière partie de ce pavé de 640 pages qui a bouleversé la donne.

Le royaumeMais reprenons depuis le début. Vous avez tous entendu parler de ce dernier livre d’Emmanuel Carrère, Le Royaume, ce n’est pas possible autrement ! Il y analyse le Nouveau testament, cherche à comprendre par quels mécanismes ce qui n’était au départ qu’un groupe de personnes autour d’un prophète allait devenir une religion.  Il  y mêle aussi des confidences sur sa foi et des réflexions sur sa vie privée. Bref, le sujet m’interpellais et la forme y semblait originale. Peut-être en attendais-je trop ?

Il y a quatre partie dans ce pavé:

La crise, d’abord. Celle que nous raconte l’auteur, sa « crise de foi ». Inintéressante au possible et véritablement égocentrique. Aucun intérêt donc, même pas pour satisfaire le côté voyeur que chacun a en soi. ( Non ? Vraiment ? Vous n’en avez pas un ?) Vous me trouvez dure, vous n’avez pas l’habitude ! Mais ne vous inquiétez pas, je ne pense pas que l’auteur sera vexé: il a aussi un sens de l’autocritique assez développé.

Paul, ensuite. J’ai été bercée par les cours de catéchisme pendant toute mon enfance et mon adolescence. Lire cette partie sur Paul a été comme se replonger dans ces mercredi passés à la cure du village ou ces dimanche sur les bancs de l’église. Avec une écriture plus vivante et des interrogations presque interactives, Emmanuel Carrère mène comme une conversation avec nous, les lecteurs. J’ai toujours aimé cette particularité de son écriture. Mais en dehors de la forme, je n’y ai pas trouvé plus d’intérêt que ça.

Vient l’enquête.  C’est la suite de l’histoire de Paul. On est en Judée entre 58 et 60 soit…25 ans après la mort de Jésus. On vit là les débuts du christianisme et on cherche à comprendre comment ce qui ne semblait qu’une secte menée par un prophète aux idées inédites va devenir ce que l’on connait. J’ai été plus touchée par cette partie. Les comparaisons pour mieux nous expliquer m’ont fait sourire. L’écrivain qu’est Emmanuel Carrère cherche ici à analyser comment ont été écrits les Evangiles. Le point de vue est original et dépaysant. Et puis, il a des réflexions qui me touchent au plus profond. Je ne vous les cite pas car elles tomberaient comme un cheveux sur la soupe… Et de toutes façons, chaque lecteur peut-être touché par une partie différente, selon son histoire et ses convictions personnelles.

Puis pour finir, Luc. Cette fameuse partie, avec l’épilogue qui me fait dire que ce livre a quand même été un bon moment de lecture et même… de réflexion. Jésus est mort depuis près de 30 ans et les disciples se débattent avec ce qu’il leur a laissé d’enseignement et de conviction. Chacun veut garder une trace de cette histoire et l’écrit à sa façon. Bref, je ne vais pas vous faire une analyse de texte. L’idée était de vous donner mon avis et aussi la curiosité d’aller y voir par vous même.

Pour conclure, j’ai été agacée par l’auteur et son nombrilisme, déçue aussi. J’avais tellement aimé « La classe de neige » et « D’autres vies que la mienne » entre autres. Mais j’ai été aussi impressionnée par la somme de travail de recherche que cette écriture a dû lui demander, même si l’absence de bibliographie impose que je ne puisse pas croire tout ce qu’il me raconte là; et puis, j’ai été bluffée par tant de cultures et de connaissances et j’ai quand même été interloquée du succès de librairie que semble être ce livre. On dit que la société est de plus en plus laïque et les lecteurs auraient acheté ce livre en masse et lu avec passion ces 640 pages sur les Evangiles ? Ça me laisse septique…

Pour finir, je vous laisse lire sa conclusion. Elle excuse presque toutes les faiblesses de ce livre et aurait dû être le préambule, finalement.

conclusion

Mais et vous ? L’avez-vous lu, aimé ?

Le royaume. Emmanuel Carrère

 

 

Emmanuel Carrère, Le Royaume », POL, 2014, 630 p.   23,90 euros

 

8 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Nadael dit :

    Un auteur que je n’ai pas encore lu. Les thèmes abordés dans ce roman ne me parlent pas mais ton billet est bien ficelé. Et je comprend ton agacement, j’ai du mal avec l’autofiction… bon je lirai cet auteur, c’est certain, il m’intrigue, La classe de neige et D’autres vies que la mienne, c’est noté! Bon week-end.

    1. Sido dit :

      Bon Week-end à toi aussi et bonnes lectures. N’hésite pas à partager quand tu l’auras lu, que je connaisse tes impressions !

  2. Laetitia Collin dit :

    Pas évident de se lancer dans la critique négative. On se demande toujours qui l’on est pour descendre le travail d’un autre… Mais ici ce n’est pas le cas, vous exprimez simplement votre opinion et votre ressenti face au texte. C’est fait avec intelligence et douceur. Pour sûr, l’auteur ne pourra pas se vexer 🙂

    1. Sido dit :

      Oh ! Comme c’est gentil ! Parce qu’effectivement, je ne suis vraiment pas à l’aise avec l’exercice !

  3. Gonzalez dit :

    Le jour où je lis ta critique, je reçois le livre en cadeau ! J’ai d’autant plus envie de le lire que ton billet m’avait fait penser Aux mémoires de Pilate et que grâce à mon ancien club de lecture lorrain, j’ai déjà lu D’autres vie que le mienne !
    😉

    1. Sido dit :

      Alors bonne lecture et reviens ici nous donner ton avis ! Ton club de lecture devait être top ! 😉

  4. Grappy-soit-il dit :

    A quelques km du village où tu as fait l’apprentissage de la Foi, à St Victor de Morestel, réside Emmanuel Roben, un Isèrois en lice pour le Prix Goncourt. Je t’envoie l’article paru ce jour dans le Dauphiné Libéré.
    Hasard : il puise actuellement son inspiration à Jérusalem..

    1. Sido dit :

      article bien reçu, merci ! Je vais programmer de découvrir cet auteur alors !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s