Quelle est le lien commun entre une laitue et la nuit ?

En vérité, tout commença avec Aníbal, le facteur, lorsqu’il passa en souhaitant de joyeuses Pâques ( alors que c’était la fête des mères) et remit par erreur une lettre à Otto.

lanuitdelalaitue

Le deuxième livre que m’a sélectionnée ma libraire en cette rentrée est  farfelu. En même temps, avec cette couverture psychédélique et ce titre original, il ne pouvait en être autrement !


 

C’est l’histoire d’Otto, donc, qui vient de perdre Ava, sa femme depuis Les nuits de laituecinquante ans. Il est accablé par le deuil, étouffé par le manque. Il faut dire qu’Ava avait une personnalité lumineuse. C’était un des piliers du quartier, elle animait le voisinage par sa vitalité et son attention aux autres (sans parler de sa cuisine catastrophique, mais ne comptez pas sur moi pour lui jeter la pierre). Alors, pour tenter de garder le souvenir de sa femme, Otto le solitaire et le grincheux va essayer de s’ouvrir à ces autres qu’Ava trouvait si passionnants.

C’est alors une valse de personnages exceptionnels et hors normes qui débute, une ritournelle entêtante de gaité et de joie de vivre. Mon préféré ? Nico, le préparateur en pharmacie qui aurait voulu être nageur de haut niveau. Il ne sait pas nager et se passionne pour les effets secondaires des médicaments ! Il peut en parler des heures, les essayer même pour en éprouver les effets . Hilarant !           Le facteur quant à lui, est incapable d’organiser sa tournée: il se mélange les pédales et distribue le courrier à tord et a travers. Charge ensuite à chacun de rétablir les erreurs de destinataires ! Je vous laisserai la primeur de la découverte des autres, tous plus cocasses les uns que les autres. Sachez qu’ils allégeront votre journée, qu’ils vous colleront un sourire un peu niais aux lèvres.

Ce petit livre est un joli moment à passer; il est comme un rayon de soleil qui viendrait caresser votre joue à travers les feuillages d’automne…

Rentréelittéraire 2015

« Les nuits de laitue » Vanessa Barbara. Editions Zulma. 224 pages.17,50 euros. Premier roman traduit du portugais (Brésil) par Dominique Nédellec

17 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. BlueGrey dit :

    Oh mais c’est tentant ! Une petite dose de bonne humeur est toujours la bienvenue !

  2. Pitiponks dit :

    Ça a l’air très mignon!

    1. Sido dit :

      Tout à fait: le contenu comme le contenant !

  3. Marie-Claude dit :

    Je vois que tu as bien aimé. Idem pour moi. Un joli roman, qui fait passer un bon moment, mais sans plus. Rien de mémorable…

    1. Sido dit :

      Oui, j’avais lu ton avis juste après avoir écrit le mien pour ne pas être influencée 😉

    1. Sido dit :

      J’ai lu ça aussi; ça ne m’étonne pas ! (PS: sympa ta photo d’avatar 😉 )

  4. Mind The Gap dit :

    Le titre est extra et en effet il a l’air réjouissant. Le deuil est un sujet de livre et de roman et j’ai souvent aimé les livres qui en parlaient !

    1. Sido dit :

      Et tu imagines ? Un livre réjouissant qui parle de deuil… 🙂

      1. Mind The Gap dit :

        Oui…il y a Jean Louis Fournier avec Veuf et aussi Blondel avec Et rester vivant…entre autres !

  5. grappy dit :

    ça doit faire une bonne parenthèse sur la morosité ambiante !
    et BRAVO aux lecteurs aux les libraires qui font perdurer le « livre-papier »

  6. sous les galets dit :

    Il commence à émerger sur la blogo ce livre (je crois que c’est un premier roman en plus), je n’ai pas lu que des articles élogieux, mais ce que tu dis me tente (surtout le type qui s’éclate avec les effets secondaires) mais le sourire un peu niais au lèvres, je signe, donc je note.

    1. Sido dit :

      J’attends une photo avec le sourire alors 😉

  7. ynabel dit :

    Une chouette découverte…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s