Géopolitique du moustique

Voici le livre idéal à dévorer avant les vacances d’été pour savoir à quelle sauce vous serez piqués !

CouvertureJe ne sais pas vous, mais moi, dès que je lis « moustique », je parle de « moustique » ou je mets un orteil dehors, aussitôt, je deviens leur cible, leur dessert, leur gourmandise. Je comptais vraiment sur Erik Orsenna et sur le Docteur Isabelle de Saint Aubin les deux auteurs, pour me trouver une solution. Mais pas de réponse absolue: il s’agirait probablement d’une affaire d’odeur et, de source sûre (études scientifiques à l’appui), les buveurs de bière sont des proies de choix. Me voilà donc…piquée au vif !

Quoiqu’il en soit, ce livre qui se veut un « Petit précis de mondialisation » se lit très facilement, que vous soyez plutôt littéraire ou plutôt scientifique. Et c’est bien là le talent de Mr Orsenna: nous passionner avec des histoires de maladies, parasites, recherches moléculaires et j’en passe !

Quand ils nous vrombissent à l’oreille, ils ne se contentent pas de pourrir nos nuits, c’est une histoire qu’ils nous racontent: leur point de vue sur la mondialisation. Une histoire planétaire de frontières abolies, de mutations permanentes, de luttes pour survivre.

Le voyage commence à Paris, au muséum d’histoire naturelle et très vite nous partons pour la Guyane, le Cambodge puis le Sénégal et l’Ouganda pour terminer à Montpellier. Cette errance immobile a été un vrai plaisir, savouré à l’abri de ces bestioles piqueuses et parfois tueuses… Mais pour combien de temps ? Parce qu’avec le réchauffement climatique, si ça se trouve, le moustique tigre se baladera en Lorraine un de ces jours… !

Bref, ce récit fourmille d’anecdotes et vous en apprendrez plus sur cet insecte voyageur que pendant vos études.

Quelques chiffres pour terminer ?

  • plus de 3 millions d’espèces d’insectes sont répertoriées,
  • chaque année dix milles nouvelles espèces sont découvertes,
  • dans une forêt de trois cents hectares dans les Pyrénées, on trouve trois mille cinq cents espèces !
  • les requins et les loups tuent respectivement dix personnes chaque années,
  • les chiens, vingt-cinq mille,
  • les serpents, cinquante mille,
  • les hommes, quatre cent soixante-quinze mille personnes (besoin d’un commentaire ?)
  • les moustiques, sept cent cinquante mille mort humaines…

Et sinon, vous partez où en vacances cet été ? A l’abri des moustiques ? 


Géopolitique du moustique. Erik Orsenna, Dr Isabelle de Saint Aubin, éditions Fayard, 288 pages, 19 euros.

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Mind The Gap dit :

    Ha ha, belle association ! Faut que j’en parle à la Douce, elle aussi est une cible favorite des moustiques… 😀 😀

  2. Grappy dit :

    je connais un fournisseur de moustiquaires qui a équipé la quasi totalité d’une maison à Dolomieu..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s