Le saut oblique de la truite

Bonsoir Sido, je m’appelle Jérôme Magnier-Moreno et j’ai publié récemment mon premier roman  qui raconte les aventures d’un jeune homme parti pêcher en Corse durant un doux mois d’avril. L’occasion de descriptions de la magnifique nature insulaire, bien sûr de quelques parties de pêche à la truite dans les rivières turquoises (cela dit la pêche est plutôt un prétexte…), mais aussi et surtout de rêveries, de rencontres le long du chemin, de ces anecdotes qui font le sel de ce genre de voyages, écrites dans un style non dénué d’humour et de poésie je l’espère. En tout cas, je trouve que ce séjour corse correspond assez bien à votre expression d' »errance immobile » et je serais ravi de vous faire découvrir mon court roman.

Le saut oblique de la truiteComment résister à une telle offre ? Quelques jours après ce mail, le roman était dans ma boite aux lettres ravie de recevoir du courrier plaisant pour une fois.

J’ai donc attendu le jour parfait pour me plonger entre ses lignes: une journée caniculaire, un transat à l’ombre et un bon verre de citronnade plus tard, j’étais enfin prête.

C’est donc l’histoire  d’un étudiant en architecture qui décide de retrouver un de ses vieux amis en Corse afin de relier à pied  Corte à Bastia en pêchant, ça et là.

J’espère au moins que ce séjour va me redonner un peu d’allant, notamment en me rassurant auprès de plus paumé et marginal que moi, à savoir Olivier Gérard. (…) Il voulait être une sorte de berger mystique, de grand marcheur-voyageur-découvreur à la Théodore Monod, le voilà aux dernières nouvelles devenu ermite-RMiste, brocanteur du dimanche à Montpellier. Je me rêvais Lautréamont, je vais finir simple grouillât caché derrière un écran d’ordinateur au fin fond d’une agence d’architecture de second rang.

Note de la blogueuse (après avoir été faire un tour sur Wikipédia): Lautréamont, comte uruguayen de son état est un poète du milieu du 19ème siècle.

Jérôme Magnier-Moreno lui, est avant tout un peintre et cela se sent: le récit est visuel, sensuel et coloré. Le lire, c’est partager avec lui ces 3 jours d’escapade en Corse et l’envier d’avoir si bien su retranscrire les diverses sentiments qu’ils ont suscité.

Ce livre, dont la fin est juste aussi parfaite que son titre, est idéal pour une lecture au jardin en ce début d’été, croyez-moi !


Le saut oblique de la truite. Jérôme Magnier-Moreno. Editions Phébus. 91 pages, 11 euros

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Magnier-Moreno dit :

    Un grand Merci chère Sido pour votre billet ! C’est tout ce que je souhaitais en écrivant ce roman : d’abord qu’il puisse donner du plaisir aux lecteurs(trices). L’avoir lu au jardin accompagné d’une boisson fraîche était donc une excellente idée. Un roman rafraichissant comme une citronnade, un peu amer, un peu piquant, mais surtout très frais, voilà… merci pour votre lecture enthousiaste ! Bien à vous, Jérôme Magnier-Moreno

  2. Mind The Gap dit :

    Ha, la Corse…quel endroit de rêve. Belle enveloppe et belle rencontre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s